Oubli ? | Changer ?
 
 
 
 
 
 
 
 

Service médicaux d'urgence des aéroports d'Afrique

 par Hemou P. , Tounou F. , Bodjona M. , Mouzou P. , Aholu A. , Traore A.

 


 

RATIONNEL

 

  • Faiblesse du trafic mais nombre élevé d’accidents aériens (surtout atterrissage et décollage).
  • 2003 : 13% des 162 accidents d’avions civils dans le monde (1204 décès) sont survenus en Afrique alors qu’elle ne représente que 2,7% du trafic mondial .
  • M. LAMINE SOW, Sécuriser nos cieux, Afrique Education N° 163, pp12-16
  • De nombreux exemples récents : Cotonou 2003, Chamel chek 2004, Kissangani 2005.
  • En dehors des facteurs humains et techniques à l’origine de leur survenue, les accidents aéroportuaires en Afrique se heurtent souvent au problème chronique d’organisation des secours et de la prise en charge sur place des victimes.
  • Ainsi la (CIMU) a évalué l’existence ou non des services médicaux d’urgence (SMU) et les besoins dans les aéroports d’Afrique.

 


 

MATERIELS ET MÉTHODE

Entre 2001 et 2002, une enquête rétrospective, multicentrique a été réalisée dans 14 aéroports de 13 pays africains.
Un questionnaire a permis de collecter certaines données relatives aux recommandations de l’OACI (mise en place d’un SMU et de PSS dans un aéroport que si plus de 1000 personnes y travaillent ou s’il accueille plus de 2 millions de passagers par an).

  • OACI : Manuel des services d’aéroports, doc 9137-AN/898, 1998
  • OACI : Circulaire 285-AN/166 : éléments d’orientation sur l’assistance aux victimes d’accidents d’aviation et à leurs familles

Paramètres recueillis :

  • nombre de passagers par an ;
  • nombre de personnel ;
  • l’existence d’un service médical d’urgence ;
  • l’existence ou non d’un plan de secours spécifique (PSS) en cas d’accident catastrophique à effet limité et destiné aux premiers secours en attendant le renfort coordonné des secours médicaux externes.

 


 

RÉSULTATS

Parmi les 14 aéroports ayant participé à l’enquête, seuls 4 (26%) emploient plus de 1000 personnes mais aucun n’accueille plus de 2 millions de passagers par an ; 6 (43%) ont déclaré avoir un SMU et 10 (71%) un PSS.

 

Pays N 24h/24 Passagers Personnels Centre Méd. Infirmerie Méd. Trav. PPS Appui ext.
M 1 oui 1.205.592 2500 oui oui oui oui Clinique
S 2 oui 1.197.310 NC oui non oui oui Samu 1 SOS
C 3 oui 1.048.238 2000 oui oui oui oui Hôpital
G 4 oui 768.151 1500 non non non non NC
CB 5 oui 500.000 600

oui

non non non non
Ma 6 oui 470.000 344 non non oui oui Hôpital
CB 7 oui 400.000 450 oui non non non non
T 8 oui 273.000 NC oui oui non oui Hôpital
B 9 oui 260.000 300 non non oui oui NC
BL. 10 oui 224.008  NC non oui oui oui NC
Ml 11 oui 162.908 NC non oui oui oui NC
N 12 oui 93.597  600 non oui non oui NC
CA 13 oui 80.000  217 non non non oui NC
Tc 14 oui 30.000 250 non non non non NC

 


 

COMMENTAIRE

 

La mise en place de SMU et PSS dans les aéroports d’Afrique est une exigence, même si les critères de l’OACI, non contraignants, ne sont pas réunis. Il est donc urgentd’harmoniser la réglementation africaine et de redynamiser la formation des différents acteurs de la médecine d’urgence et des catastrophes. Un renforcement descapacités africaines s’impose dans un cadre de partenariat multilatéral de transfert adapté et coordonné des technologies.

 

Limites de l’étude : l’effectif réduit du nombre d’aéroports audités explique le manque de puissance pour être concluant, d’où la nécessité de l’étendre avec le soutien del’ASECNA, de l’ OACI et de l’OMS.

 

C’est le devoir de toute autorité sanitaire, en l’occurrence aéroportuaire, d’assurer la sécurité individuelle et collective du public par la mise en place des plans de formation, de prévision, de prévention, d’intervention et d’information sur le risque sanitaire aéroportuaire. Ses conséquences et son impact sur l’opinion publique seraient de nature à discréditer les autorités compétentes. Un recours plus fréquent aux moyens de secours héliportés pourrait suppléer la défaillance des moyens terrestres, ferroviaires ou maritimes vécue avec le TSUNAMI 2004.

 

Schéma d’une organisation de prise en charge des victimes en cas d’accident d’avion.

 

secours avion

 
Dernière modification : 30/06/2015